AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Make up your mind • ft. Drake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
▸ bavardages : 6

MessageSujet: Make up your mind • ft. Drake Mer 22 Mar - 18:11

Tes pas, par une journée relativement maussade, te portent en direction de l’appartement de Drake. Oui, Drake. Il n’est plus juste ton patient avec lequel tu prends des pincettes. Avec lequel tu adoptes ton politiquement correct ainsi que tes manières. Il l’était au début. Lui qui te rappelait un peu trop ton toi plus jeune, plus con aussi. Dans les excès, sans se soucier des conséquences. Alors oui, tu t’es immiscé dans sa vie, sans trop de gênes. Tu y es allé au culot, histoire de voir si oui ou non il serait réceptif. Si oui ou non il accepterait ton aide. Parce qu’au fond, tu voulais l’aider à s’en sortir. Victoire personne sur toi même, sur tes démons, mais aussi sur le fait que tu aurais réussi, foncièrement, à changer quelqu’un en bien. À croire que tu as besoin de ça, de cette bonne action, sans trop savoir pourquoi. Des gens, des patients, tu en sauves un bon paquet aux urgences, chaque jours. Des blessures plus ou moins graves, plus ou moins sévères voir irréparables. Tu fais largement ta dose de bonnes actions, mais Drake c’est devenu ton challenge. Peut être un peu plus que ça, mais pour le moment, tu es juste dans le déni. Dans le déni d’une possible attirance, de possibles regards complètement inappropriés. Ce n’est pas juste la faute à ses sous-entendus ou à ses provocations, au fond de toi tu le sais, mais tu ne veux pas le reconnaître. Du moins, tu n’as pas le droit de le reconnaître.

L’appartement de Drake n’est finalement pas très éloigné du tien et c’est perdu dans tes pensées que tu avances, avant de réaliser que tu es arrivé à destination. Les mains dans les poches de ton blouson de cuir, tu arbores une attitude plus décontracté. Tu n’es pas là juste en tant que médecin. C’est devenu un peu plus que ça. Est-ce que pour autant vous pouvez vous considérer amis ? Franchement tu n’en sais trop rien. Tu n’es jamais sur de rien avec Drake de toute manière, alors tu te contentes de soupirer, prenant les escaliers qui mène jusqu’à l’étage où il vit. Tu te perds une nouvelle fois dans tes pensées. Tu aimes bien venir le voir, tu aimes bien savoir comment il va, ce qu’il fait. C’est au délà de l’aspect santé, espérant fortement qu’il se calme sur la drogue. Ce n’est plus juste une relation professionnelle et tu le sais. Tu pourrais avoir des problèmes de toute manière, si en tant que médecin, la chose se savait. Que tu t’es immiscé une fois de plus dans la vie d’un patient au point de venir le voir, chez lui, plusieurs fois par mois. Tu prends tout trop à cœur, surtout lorsqu’il s’agit de ta vocation, de ton métier. Idiot qui ne sait pas lâcher prise, probablement.
Tu t’immobilises enfin devant sa porte, avant de toquer plusieurs fois, attendant sagement. Tu n’es pas nerveux, tu n’es pas anxieux, tu commences à avoir l’habitude, pourtant, tu songes, tu réfléchis, un peu trop à ton goût. Toi d’ordinaire plus porté sur les gestes, sur les actions, en sa compagnie tu te poses bien trop de questions. La porte s’ouvre soudain, te sortant des méandres de tes réflexions. Tu souris en coin. « Salut Drake, je viens aux nouvelles. Mais au vu de ta sale tronche, ça ne doit pas être réjouissant » Tu as appris à ne pas avoir ta langue dans ta poche avec lui. Lui qui aime te provoquer, te pousser à bout. Lui qui joue, à tout bout de champs. Alors oui, tu rentres dans son jeu. Toi et ton caractère bien trempé, bien affirmé. Tu n’es pas du genre à te laisser faire, à te laisser mener en bateau et tu t’es bien mis en tête de le lui faire comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINOU
▸ bavardages : 180

MessageSujet: Re: Make up your mind • ft. Drake Lun 27 Mar - 19:41

Le jour déclinait lentement et Drake suivait la course du temps depuis la grande fenêtre de sa chambre depuis une heure, ou deux. L'avantage avec la cocaïne c'est qu'on perdait totalement la notion du temps. Seul le manque vous rappelait à l'ordre. Le soleil s'était caché derrière un building pendant quelques temps avant de réapparaître pour peu de temps. Drake observait les gens qui se pressaient dans la rue. Certains terminaient leur journée, d'autres la commençaient dans cette ville qui ne dormait jamais. Il crut reconnaître un visage familier dans la rue et se pencha en avant pour la suivre du regard mais se cogna la tête contre la vitre. Le léger malaise qu'il ressentit en plus de cela le fit grogner. Il luttait contre le sommeil depuis des heures, en fait il avait peur de s'endormir. Depuis quelques temps maintenant, il faisait de terribles cauchemars qui lui faisaient redouter la nuit. Sa seule amie était la cocaïne, elle l'aidait à tenir le coup. Mais son corps ne tenait plus, il allait finir par lâcher. Mais qui s'en préoccupait vraiment ? Le malaise persista et il finit par trébucher sur son lit, ne se sentant plus du tout capable de tenir debout. Il fallait absolument qu'il rejoigne la cuisine là où il avait caché sa prochaine dose. Mais il n'avait plus de forces. Il geignit comme un bébé qui réclamait son biberon mais il était seul, bien seul. Son portable aurait été à portée de main, il aurait appelé l'un de ses sous-fifres pour qu'il lui ramène sa dose. Ce n'était pas la peine qu'il demande à son abruti de frère, il était persuadé qu'il le laisserait crever pour le coup. Il était prêt à tout pour avoir sa dose, mais là il n'avait pas le choix, il devait se lever. Il bascula sur le côté et sortit les jambes de son lit avant de croiser son regard dans le grand miroir sur pied. Il mit quelques secondes à réaliser que la personne qui lui faisait face était son reflet. Il faisait peur à voir. Ses cernes bleuâtres ressortaient par rapport à son teint cireux. Ses cheveux en bataille laissaient penser qu'il avait passer la journée à végéter au lit. Il resta ainsi quelques minutes immobile, cherchant le bon moment pour se lever mais en détournant le regard du miroir. Il ne pouvait même plus se regarder en face, il se faisait pitié et il avait horreur de ça. Doucement, il se mit debout et se mit en marche vers la cuisine d'un pas prudent. Après plusieurs minutes, il trouva enfin son Graal et en aurait sauté de joie s'il en avait eu la force.

Près d'un quart d'heure après, l'appartement était habité d'une toute autre personne. Le "miracle" de la coke. On se sentait bien, invincible, en pleine forme. Le bonheur en somme. Drake fredonnait gentiment un chanson qu'il avait en tête depuis quelques temps maintenant tout en se cuisinant un truc rapide et en pianotant de temps en temps sur son ordinateur, checkant ses mails. Les coups à la porte le sortirent de sa superbe concentration ce qui le fit grogner une nouvelle fois. Il ne supportait pas être dérangé lorsqu'il arrivait à gérer plusieurs choses à la fois, il avait l'impression de devoir tout reprendre de zéro après coup. Il leva les yeux au ciel en ouvrant la porte d'entrée et lâcha un petit soupir. "Je t'emmerde Knight, si t'es venu juste pour me balancer ça, tu peux déjà faire demi-tour..." C'était devenu un jeu entre eux, la preuve, Drake tourna les talons laissant Cameron sur le pas de la porte, la porte grade ouverte, lui donnant le choix d'entrer ou non. Il aimait les visites de l'interne, bon pas pour les raisons de suivi de médical bien sûr. Il faut dire que le Cameron était plutôt agréable à regarder, et encore c'est peu dire. Il n'aimait pas sa morale et ses petites leçons du genre "la drogue c'est pas bien" mais il l'avait laissé faire juste pour avoir l'occasion de mâter ses jolies petites fesses lorsqu'il sortait de l'appartement. Juste pour ça ? Ce serait mentir si c'était le cas. Le trader se sentait enfin "vu". Pas forcément compris mais juste "vu". Et Cameron, malgré son côté moralisateur, le "voyait" et ça c'était déjà beaucoup. Il finir donc par retourner dans la cuisine, servant deux verres de vin, se doutant que Cameron allait le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Make up your mind • ft. Drake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baby, Talk Is Cheap :: NEW YORK STATE OF MIND :: MANHATTAN :: HABITATIONS-