AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
▸ bavardages : 32

MessageSujet: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 5:48



your love lift me up like helium
Olivia Sky Collins

Salut les gars, moi c'est Olivia Sky Collins, mais mes amis m'appellent Oli. Il y a 28 ans j'ai embelli le monde en arrivant à Sacramento, le 18 janvier 1989. Je suis hétéréo-sexuelle et ce jusqu'à nouvel ordre et si tu veux tout savoir, je suis célibataire. Pour gagner ma vie j'exerce le métier de psychologue scolaire à la faculté de New-York, et ça me plaît ou pas. Petite anecdote : il paraît que je ressemble à Jenna Louise Coleman. Oh et avant que j'oublie : ceux qui font partie du groupe Nihil sont les plus beaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


t'as bien des tics, des petites manies ou des habitudes ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Son travail, c'est la chose dont Olivia est le plus fière, elle prend un réel plaisir à écouter les gens parler et à les aider à se sentir mieux, et elle est douée pour ça - Elle apprécie la solitude de temps à autre, ça lui permet de se ressourcer et de réfléchir - Elle ne montre en général, pas ses émotions. Chose, ô combien elle le sait, très mauvaise. - Elle a connu l'amour une seule et unique fois, et s'est retrouvée abandonnée, aujourd'hui ce n'est plus qu'une pâle illusion - Elle n'aime pas coucher dès le premier soir, mais une chose en entrainant une autre ... ça lui ai déjà arrivé - Elle ne parle pas de sa vie privée à n'importe qui, et encore moins de sa famille - Fan inconsidérée de la série FRIENDS, elle adore se rematter les épisodes qui l'a font rire encore et encore -  Elle change d'avis comme de chemise, parfois c'est dur de la suivre tant elle est changeante -  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Derrière l'écran, c'est qui ?
Salut ! T'es un petit curieux, je sais, tu veux tout savoir sur moi. Alors, moi c'est Camille et j'ai 23 ans ans. Je viens de France. Je suis dispo 7/7 pour RP. Et la question à un million, comment j'ai connu le forum ? Grâce à Bazzart. Je suis d'accord, de recevoir du courrier de JR Smith à mes risques et périls.


Code:
<a href="url profil">▷</a> <b>JENNA LOUISE COLEMAN</b> ▻ olivia collins


Dernière édition par Olivia Collins le Mar 14 Mar - 21:46, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▸ bavardages : 32

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 5:48


une jolie citation

" C'est pas net, j'me sens comme un humain sur la Planète des singes"




Si seulement on m’avait prévenue, que tout cela ne serait pas si simple, qu’il s’agirait d’un chemin pleins d’embûches, qu’il y’aurait des hauts, mais qu’il y’aurait  aussi beaucoup de bas, j’ignore si réellement, je me serais autant pressée pour sortir du ventre de ma mère. Je ne crois pas que  j’aurais pris la peine de venir au monde à vrai-dire. Mais la vie avait décidé d’en être autrement, et de me laisser cette « chance »,  que tout le monde n’a malheureusement pas.  Me voilà, Olivia Sky Collins, deux petits kilos et quelques cheveux bruns pour couvrir  cette minuscule tête. Le troisième enfant d’une famille déjà bien remplie, le troisième enfant que l’on attendait pas, que l’on a pas vraiment demandé au fond. La famille Collins ne m’avait pas réellement commandée sur leur liste de Noël en réalité. Un père avocat et une mère chargée de publicité, deux personnes très occupées professionnellement, et déjà parents de deux beaux et jeunes garçons : Adrian et Louis. Ils pensaient en avoir finit là, mais ils n’étaient visiblement pas au bout de leurs surprises.  Je me suis souvent sentie rejetée à mes débuts ; J’entendais souvent mes parents dirent que je n’avais pas été voulue à leurs amis ou encore à notre famille, comme s’il fallait se justifier de quelque chose, en l’occurrence, se justifier de moi. Mais je n’ai jamais réellement relevé, j’ai préféré jouer la sourde oreille et faire mine de ne pas comprendre, comme tout enfant normal. Malgré le rabaissement à répétition, je mentirais si je disais que je n’avais pas eu une enfance heureuse. Je n’ai, malgré tout, jamais manqué de rien. Etant la petite fille par excellence, ma mère prenait un plaisir fou à quelque peu me chouchouter, et à m’octroyer quelques faveurs. Elle misait gros pour moi, elle voulait tant que je sois une petite fille modèle, une petite fille parfaite, à qui l’on ne peut rien refuser, celle qui est tout le temps apprêtée  et câlinée, mais je n’étais pas comme ça ; J’avais appris à prétendre, prétendre pour faire plaisir, c’était sans doute ce que je faisais de mieux.

J’ai épousé ma plume, pour affronter les tempêtes et repousser la brume.




Et puis, un jour, qu’on le veuille ou non, le temps fait sa route. On grandit, on fait des choix qui détermineront, qui nous sommes. C’est bête quand même, on nous met dans le bain. L’impression d’être une frite congelée qu’on jette dans une poêle frétillante d’huile de palme. Sans même nous prévenir, on nous met au pied du mur, et c’est comme si, l’erreur était interdite. Avec le recul, je trouve ça hilarant et presque ridicule. Mais à l’époque, je me souviens avoir été tellement stressée à mon entrée au lycée. L’un de mes frères, Louis, était en dernière année. Opportunité ou contrainte ? Je l’ignore totalement. Louis m’évitait quelque peu, vous comprenez, c’est la honte d’avoir sa petite sœur dans la même école… Néanmoins, nous étions assez proches en dehors de l'école, nous n'avions après tout seulement deux ans d'écart. C’était vexant, mais ça ne m’avait finalement pas dérangé, j’aimais l’idée aussi qu’on ne m’associe  à quiconque pour une fois. Dieu que j’étais studieuse. J’adorais l’école, et plus particulièrement la découverte. J’étais souvent seule, c’était volontaire ; Je n’avais pas l’envie, ni la force de faire semblant de m’intéresser au maquillage, aux cheveux et surtout aux garçons. Etais-je une extraterrestre ? Je me confortais souvent en me disant que ces intérêts, viendraient, qui sait, avec le temps ? Mais rien n’y faisait. Pas beaucoup de copines, ou alors si une seule et unique. Je restais la plupart du temps à la bibliothèque, mon repère, le seul endroit où je me sentais à l’aise et tranquille. Loin de cette populace bourrée aux hormones naissantes.  La façon que j’avais de rester seule, me donnait quelques airs supérieurs et hautains. Ce n’était pas ce que je cherchais, en réalité, je voulais qu’on m’oublie, et qu’on fasse comme si je n’étais pas là.  Discrète au possible, je ne dérangeais personne, et la vie suivait son cours ainsi. Ceci convenait à mon frère qui pouvait de ce fait, continuer à fanfaronner au sein de l’école, je ne lui volerai jamais la vedette et surtout, je ne révèlerai pas ses petits secrets. Tout allait bien, même parfaitement bien. Mais le bonheur ne dure jamais bien longtemps, fermez les yeux quelques minutes, et voilà … Il a disparu. " Je suis là, pourtant. Mais je suis absent…"


Consomme la mort en s'disant qu'on va pas s'arrêter de vivre

« T’es qu’un esclave quand t’es plus maître de toi-même. » Je savais que Louis avait des problèmes avec la drogue. Seul un aveugle aurait pu ne pas le remarquer ; Et pourtant nos parents semblaient croire qu’il était un petit garçon exemplaire et droit. J’ai plusieurs fois tenté de le raisonner, de tenter de comprendre les raisons qui l’emmenaient à être comme ça. Mais il se renfermait complètement, il fuyait le dialogue, il me fuyait moi, sa petite sœur. Au lycée, il était considéré comme un gros dealer, celui qui peut t’avoir dix grammes en cinq minutes dans le moindre problème. Il était mon grand frère, et malgré mon jeune âge, je savais que ce n’était pas bien glorieux d’avoir cette réputation. Si au moins il ne s’était contenté que de vendre … Alors j’ai essayé de ne pas y penser, de faire comme si de rien ; Louis me mettait un peu la pression pour que je ferme ma bouche, ce que je faisais malgré moi. J’ai vu son état se détériorer, toujours plus, encore et encore. Et personne ne remarquait rien, personne n’agissait.
Nous grandissions, le temps est bien la seule chose qu’on ne peut arrêter. Mais quand on grandit, on a toujours envie de voir plus, de découvrir, de tester nos limites. Ce qu’a fait Louis. J’avais alors seize lorsque c’est arrivé, il n’en n’avait que dix-huit. La descente aux enfers ne faisait que commencer. " Vous êtes les parents de Louis Collins ? "
J'avais été réveillée cette nuit-là par la sonnette de notre porte d'entrée. J'avais longtemps redouté ce moment où je serais sortie de mes rêves pour que l'on m'annonce une atroce nouvelle. Habituellement ça n'arrive que dans les films, en l'occurence, pas cette fois-ci. Oui ils sont ses parents, mais ils n'ont rien vu, oui c'est bien eux, mais tellement aveuglés par leur stupide boulot, ils étaient, encore absents. Mon jeune frère avait été tué par une ultime dose d'héroïne. Il n'avait pas su s'arrêter à temps, il avait poussé le vice jusqu'au bout, jusqu'à la dernière seconde, jusqu'à son dernier souffle. Comment peut-on nous arracher quelqu'un comme ça ? Pourquoi avait-il fait cela ? Ce jour-là, j'eu l'impression que le jour ne s'était jamais levé, à vrai-dire, c'est ma vie toute entière qui se plongea instantanément dans l'obscurité.

Avant tu riais de l'inconnu, Aventurier de l'inconnu, avant tu riais du temps qui passe et puis le temps est passé

Et puis, il faut continuer à vivre. De toute évidence, se morfondre, et regretter de n'avoir pas agis ne ramènera jamais mon frère. Aussi douloureux cela soit-il, c'était trop tard, et rien ni personne ne pourrait changer ça. La seule chose qui nous restait à faire, était de vivre. Vivre pour celui qui aujourd'hui, ne peut plus. J'ai grandis, j'ai mûri, et cette rude épreuve m'a renforcée. Elle m'a fait comprendre que la vie ne tient qu'à un fil et que nous ne pouvons nous permettre de la gâcher, même pas une seconde. Entrée à la faculté de psychologie. Orientation assez étrange pour laquelle je ne me destinais pas du tout au début. La psychologie s'est révélée être une véritable passion pour moi. J'aimais découvrir les différents aspects du genre humain, les différents comportements et sentiments que peut éprouver quelqu'un au cours de sa vie. La faculté m'a aidé à sortir de mon cocon. Des amis, des petits-amis, des sorties. Tout allait pour le mieux. Ma famille tentait tant bien que mal de remonter la pente, de vivre avec la douleur. La disparition de Louis nous a permis de nous rassembler à nouveau et de former une famille. Mes parents se sont montrés plus présents et à l'écoute pour nous, ceci changeait réellement tout. Adrian, mon grand frère, ne m'adressait guère plus la parole. Il m'en voulait, m'en voulait d'avoir su un jour la vérité, et de n'avoir rien fait et rien dit. Je vivais sans arrêt avec ce sentiment de culpabilité, et il ne faisait qu'enfoncer le couteau dans la plaie.

Y'a comme un paradoxe quand tes proches sont loin.

Je décidais de m'envoler. Quitter la Californie et vivre ma vie sans l'aide de personne. J'avais besoin de m'épanouir seule. Direction New-York, la ville de tout les possibles. La ville synonyme du rêve américain. Je quittais ma Californie natale pour rejoindre la grosse pomme. Durant les premiers mois, ce fût facile car fort heureusement, ma grand mère était là pour m'héberger et m'aider dans ma quête de travail.

Voilà maintenant cinq belles années que je suis loin du bazar de mon passé, loin de ma famille, loin de mon frère. Je suis psychologue scolaire depuis presque trois ans. La vie suit son cours, de toute façon ... On a pas le choix que d'avancer.





Dernière édition par Olivia Collins le Mar 14 Mar - 21:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINOU
▸ bavardages : 222

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 9:22

Bienvenue parmi nous avec la jolie Jenna abraxas coeur

Si tu as la moindre question n'hésite pas dolce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDATRICE
▸ bavardages : 183

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 11:04

Bienvenue ma belle, avec la merveilleuse Jenna brille
courage pour ta fiche, si tu as besoin de quoi que ce soit,
le staff est là pour toi miranda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▸ bavardages : 61

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 13:09

Jenna est tellement adorable coeur
Super choix de vava, bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINOU
▸ bavardages : 54

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 20:09

Bienvenuuue coeur
Super choix d'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▸ bavardages : 32

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 21:23

Merci à tous pour ce joli accueil dolce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDATRICE
▸ bavardages : 183

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 21:57


J'adore ta plume, je vais te surveiller de près.
Cette pauvre petite Ollie et sa vie compliquée...
C'est avec plaisir que je te valide princesse.
Bienvenue à la maison coeur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
T'ES VALIDÉ(E)

libérée, délivrée !

Bravo, je te souhaite officiellement la bienvenue parmi nous, maintenant que tu as ta couleur et ton groupe il ne te reste plus qu'à régler quelques petits détails.  Tout d'abord, si ton personnage a un job, même s'il étudie, il te faudra aller  le recenser dans le listing [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Maintenant que tu bosses, tu as besoin d'un logement, si, tu sais un toit au dessus de ta petite tête, pour se faire, tu devras te rendre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. N'oublies pas d'aller réclamer ton argent de poche, juste [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Tu dois aussi te trouver des amis, et pour ça il faut absolument que tu postes ta fiche de liens, juste [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Si tout ça est bon, tu peux toujours un prélien ou un scenario, si l'envie t'en prend, pour ça, tu n'as qu'à passer dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Tu as rempli les champs de ton profil ? Bah vas t'amuser, personne ne te retien ! Oh ! Et n'hésite pas à parler du forum et à voter, plus on est de fous plus on rit, sans vous, on ne serait rien.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▸ bavardages : 32

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul Mar 14 Mar - 22:11

Merci jolie Miranda coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul

Revenir en haut Aller en bas

Olivia - even superwoman sometimes needs superman soul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SUPERMAN MALE SCOTISH 10 ANS RISQUE EUTHA BETHUNE 62
» Olivia Kerner (Poufsouffle)
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Olivia / Juliette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baby, Talk Is Cheap :: TAKE A CHANCE ON ME :: COME AS YOU ARE :: WELCOME IN TOWN-