AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Et quand il pète, il troue son slip (oz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MODO D'AMOUR
▸ bavardages : 117

MessageSujet: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Dim 12 Mar - 17:29



baisse ta culotte, c'est moi qui pilote
Haerkz Ozeline

Salut les gars, moi c'est Ozeline Jane Haerkz, mais mes amis m'appellent Oz. Il y a vingt-deux ans j'ai embelli le monde en arrivant à New-York, le dix mars mille neuf cent quatre-vingt quinze. Je suis hétérosexuelle et ce jusqu'à nouvel ordre et si tu veux tout savoir, je suis célibataire. Pour gagner ma vie j'exerce le métier d'interne en médecine, et ça me plaît ou pas. Petite anecdote : il paraît que je ressemble à Mimi Elashiry. Oh et avant que j'oublie : ceux qui font partie du groupe Nihil sont les plus beaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


t'as bien des tics, des petites manies ou des habitudes ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(+) je suis une vraie bordélique mais, à cause de ma greffe, je dois faire attention à ne pas vivre dans la saleté (+) je fais tout le temps le clown, fais des grimaces et raconte des blagues pas marrantes où je suis la seule à rire. Pourtant, elles sont marrantes mes blagues (+) j'ai un fort caractère et suis du genre à agir avant de réfléchir, souvent impulsivement (+) j'ai des goûts très éclectiques en matières de fringues (+) j'ai toujours fait des choix de cœurs sans forcément y réfléchir (+) je n'aime pas les fêtes telle que la st valentin, la fête des mères, pères car je les trouve trop commerciales et je pense que je n'ai pas besoin de fête pour prouver mon amour (+) je tiens un journal intime depuis que je suis gamine et n'ai jamais cessé d'écrire dedans (+) je ne parle pas beaucoup lorsque je suis entourée de personnes que je ne connais pas (+) pourtant, dès que je suis à l'aise, je ne m'arrête plus de parler, quitte à saouler les autres. Je n'aime pas les blancs, ça me stresse de trop alors je parle, de tout et de n'importe quoi (+) quand je m'énerve, je joue toujours avec mes cheveux. D'ailleurs, quand je suis stressée ou amoureuse aussi. En fait, mes cheveux c'est ma vie (+) je déteste perdre aux jeux, j'arrive toujours à tricher sans que personne n'en sache quelque chose (+) je voue une admiration à tout ce qui concerne disney, offrez-moi stitch en peluche et je vous aime à jamais (+) je n'ai connu qu'un seul amour dans ma vie et depuis, je divague un peu par-ci par-là (+) j'ai appris qu'il était marié et avait une famille lorsque j'ai du travailler avec sa femme à l'hôpital (+) je ne tiens pas en place, impossible pour moi d'arriver à me canaliser (+) tous les jours à mon réveil, j'adresse un message de remerciement à la personne qui m'a donné ses poumons (+) je n'ose pas aller sur la tombe de maman, je n'arrive pas à tenir (+) je suis une couche-tard, lève-tard mais, avec mon boulot, je suis très désordonnée (+) j'ai deux chiens, un chat, une tortue, des poissons et ma dernière folie, je veux un écureuil (+) je joue au football depuis que j'ai un nouveau souffle (+) je dors avec un doudou, un Simba qui à la base était tout doux (+) je fais pipi genre toutes les cinq minutes (+) j'adore emmerder mes grands frères (+) mais, je déteste quand ils essaient de gérer ma vie (+) je voudrais avoir six enfants (+) je voue un culte à la série One Tree Hill (+) je possède les 115 dvd officiel de Disney (+) j'ai une bande de potes depuis l'enfance, que je ne quitterais pour rien au monde.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Derrière l'écran, c'est qui ?
Salut ! T'es un petit curieux, je sais, tu veux tout savoir sur moi. Alors, moi c'est MzelleTracy et j'ai 23 ans. Je viens de Lille, dans le nord de la France. Je suis dispo 7/7 pour RP. Et la question à un million, comment j'ai connu le forum ? Grâce à bazzart le magnifique. Je suis d'accord, de recevoir du courrier de JR Smith à mes risques et périls.


Code:
<a href="url profil">▷</a> <b>MIMI ELASHIRY</b> ▻ oz haerkz


Dernière édition par Oz Haerkz le Lun 13 Mar - 23:09, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO D'AMOUR
▸ bavardages : 117

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Dim 12 Mar - 17:30


ranges ton zizi, t'as pas l'permis
Maman et papa ont été à l'hôpital aujourd'hui. Et puis, ils sont rentrés mais, maman avait le visage tout rouge, comme quand elle s'énerve fort. Sauf que là, c'est parce qu'elle était triste, maman avait pleuré. Et puis papa nous appelle tous, un à un, pour les rejoindre au salon. D'habitude, papa il a une grosse voix qui fait peur mais, aujourd'hui, c'est une voix toute douce et qui tremble qui sort de sa bouche. On se rassemble et on s'assoit. Six enfants, ce n'est pas de tout repos. Alors on se dit que peut-être maman elle est juste fatiguée et qu'elle a besoin de repos. Si c'est ça, je peux faire des efforts pour me calmer et pour l'aider aussi à faire la vaisselle. Sauf qu'il faudra m'acheter un marche-pied parce que sinon, je suis trop petite pour atteindre le robinet. Parce que même quand je veux me laver les mains, c'est maman qui me porte pour que l'eau, elle coule sur mes mains. On se pose tous des questions, on n'aime pas voir maman pleurait nous. Normalement, maman elle rigole tout le temps, elle fait des blagues, ça fait bizarre de la voir comme ça. Et puis, papa commence à parler, je crois qu'il en a des choses à dire mais, que ça ne veut pas sortir de sa bouche. « Les enfants, comme vous savez, avec maman, nous avons été à l'hôpital aujourd'hui. Et malheureusement, nous n'avons pas de bonnes nouvelles à vous annoncer. » On est tous bouche-bée devant lui, attendant le moindre mot, la moindre explication à ce rendez-vous où ils ont été. « Maman est très malade. Elle a un cancer, ce qui veut dire que dans son corps, il y a des mauvaises bêbêtes. Et maman, elle doit se faire soigner pour faire partir les mauvaises bêbêtes et en remettre des bonnes dans son corps. Mais, les bêbêtes, elles sont très fortes alors, elle va devoir beaucoup se battre maman. » Je sais que papa, il explique comme ça pour moi et mon frère surtout, parce que j'ai l'impression que mes grands frères et sœurs, ils ont déjà compris ce que ça voulait dire le cancer. « Dis papa, est-ce que tu peux m'inscrire à la boxe s'il te plait ? » Tout le monde me regarde comme si j'avais dit une bêtise mais, moi je sais que j'ai pas dit une bêtise. Quand je dis ou je fais une bêtise, maman se fâche tout rouge mais, là elle me regarde c'est tout. « On en discutera avec maman si tu veux ma puce mais, pourquoi pas de la danse ? Pourquoi tu veux faire de la boxe ? » De la danse, je vois pas comment ça peut m'aider. Moi, ça m'intéresse pas. « Ben avec la boxe, je vais pouvoir aider maman à battre les mauvaises bêbêtes. Je serai forte et je mettrai des gros coups, ils auront mal, ils partiront vite, hein c'est vrai maman ?! » Mais, maman arrête de pleurer et se met à rire. Puis, tout le monde la suit mais, moi je ne comprends pas, je veux vraiment l'aider moi ma maman.

Depuis qu'on a appris que maman est malade, on la voit souvent partir à l'hôpital. C'est devenu une habitude mais, à chaque fois, ça me fait mal au cœur et au ventre, comme si ça se tordait en deux au fond de moi. Elle m'a expliqué qu'elle y allait pour faire un traitement, pour essayer de tuer les mauvaises bêbêtes que maintenant on appelle cellules. Mais, jamais maman veut que je vienne avec elle, pourtant je veux l'aider moi à s'en débarrasser. Et puis, quand maman rentre, elle va se coucher parce qu'elle est très fatiguée. Je me demande vraiment ce qu'ils font à ma maman mais, je crois qu'elle court tout le temps parce que quand elle rentre, elle n'arrive même plus à marcher. Puis, un jour elle nous dit qu'elle va plus avoir de cheveux, que c'est à cause de ce qu'ils font à l'hôpital. Mais, elle espère que ses mauvaises cellules partiront en même temps que ses cheveux et que ce sont de bonnes cellules qui arriveront quand ses cheveux repousseront. Maman, elle n'a plus de cheveux mais, elle est toujours la plus belle, surtout lorsqu'elle met ses foulards de toutes les couleurs sur sa tête. Dans la rue, tout le monde regarde maman bizarrement mais, je crois que c'est parce que, eux aussi, ils la trouvent belle alors moi, je leur souris et je serre fort la main de maman. Mais, un jour, maman elle n'arrive plus à sortir, elle n'arrive même plus à me serrer la main. Papa, il pleure et maman dit que ça va aller, qu'elle sera toujours là, qu'on ne doit pas l'oublier. Moi, je comprends pas au début puis, on m'explique que les mauvaises cellules sont plus fortes que maman et qu'elle n'arrive pas à avoir des bonnes cellules. Je demande alors à papa « On peut aller au supermarché faire des courses ? Je vais lui acheter de nouvelles cellules, toutes belles et qui vont pas lui faire de mal. » Pourtant, c'est trop tard. Maman part avec les pompiers à l'hôpital, elle me dit au revoir et me promets qu'elle m'aimera toujours. C'est la dernière fois que j'ai vu maman, elle n'est jamais revenue de l'hôpital. Papa m'a dit que maintenant, maman était au ciel, qu'elle nous surveillait et qu'elle était notre ange. Moi, je pense que c'est l'étoile qui brille le plus la nuit, c'est sûr, ça doit être son foulard jaune doré qui fait ça.

Le cœur qui se serre et qui bat à cent à l'heure, je n'ai jamais ressenti ça avant. Mais, il est là devant moi, le plus beau garçon du lycée. Je n'arrive pas à y croire, jamais auparavant, il n'a posé les yeux sur moi et voilà qu'aujourd'hui, il voulait même me parler. Je crois que je souris bêtement, ça se voit tellement que mes copines au loin en rigolent. « Salut Oz, dis j'ai un truc à te demander mais, je sais pas comment te le dire... Tu me plais beaucoup, tu voudrais sortir avec moi ? » Au fond de moi, je rigolais aussi énormément. J'avais quinze ans et lui dix-sept ans mais, sa demande avait l'air de venir d'un enfant à peine âgé de dix ans. Il était mignon quand même, avec ses yeux noisettes et cette manie de toujours se pincer les lèvres. « Oui, j'aimerai bien ! » Ce n'était pas le garçon le plus calme et sage du lycée, loin de là même. Il séchait souvent les cours, avait une réputation de mauvais garçon, d'irrespectueux mais, je savais qu'il pouvait être adorable. Il avait tout ce que j'aimais et j'adore les petits détails qu'il portait si bien. Sa boucle d'oreille à l'oreille gauche, ses deux premiers tatouages sur son bras droit, cette petite barbe encore timide mais qui commençait à pointer le bout de son nez. Et puis, cette façon de me toucher le visage, de rapprocher ses lèvres des miennes, cette façon de m'embrasser. Je fondais complètement pour ce gars. Mon premier vrai baiser, j'avoue que c'était un peu mouillé et j'étais un peu perdue avec le sens dans lequel tourner ma langue mais, ce baiser, c'est le plus beau de ma vie.

« Je suis désolée mademoiselle, vous avez un cancer des poumons. » Je tombe de haut, moi qui pensais que la page était tournée, que jamais plus nous n'aurions à faire à une nouvelle bataille. Mon pauvre père, il ne méritait pas ça, il avait déjà bien souffert du décès de sa tendre épouse, de sa meilleure amie. Mes frères, mes sœurs, ils n'arriveront pas à accepter un nouvel échec. C'est bien trop pour notre famille, cette foutue maladie ne veut donc plus jamais nous lâcher. J'ai vingt ans et aujourd'hui, ma vie vient de bousculer dans un cauchemar interminable. J'étais fatiguée depuis quelques temps, pas du tout en forme, des difficultés à respirer. Je penchais pour une allergie ou une connerie de ce genre. Mais, les examens ont révélé tout autre chose. Le cancer que maman avait, il était possible que quelqu'un de la famille l'ai aussi. Mais bon, il y avait aussi de fortes chances pour que nous soyons tous en bonne santé et c'était le cas, jusque-là. Mais, j'ai appris que j'avais un cancer, avancé en plus et que j'avais bien grand intérêt à me soigner très vite si je ne voulais pas perdre cette bataille. Mais, je n'y croyais déjà plus, je pensais déjà à rejoindre maman. J'ai du l'annoncer à mes proches, un véritable choc pour tout le monde mais, ils m'ont tous soutenu et ça faisait tellement de bien. Il n'y a qu'une personne à qui je n'ai pas réussi à le dire.

« Non, je ne peux pas, je suis désolée mon chéri. » Pourtant, tout était beau, comme dans un conte de fée. Des roses rouges dans les mains, des pétales qui nous entouraient, de la musique, du violon et mon homme, mon amour depuis cing longues années, depuis cette fois où il m'avait demandé de sortir avec lui alors que nous étions encore au lycée. Tout était parfait vraiment, même son genou à terre, même cette bague qui brillait de mille feux. Tout était extraordinaire comme son discours relatant notre relation et son amour pour moi et tout comme sa demande, sa demande en mariage si sincère qui m'a fait versé quelques larmes. Je l'aime cette homme, je l'aime comme ce n'est pas permis. Il est ancré en moi, il coule dans mes veines. J'ai même son initiale tatouée derrière l'oreille. Cette homme, c'est ma vie, c'est mon passé, mon présent mais, ça ne pourrait être mon futur. Malgré cette soirée inoubliable, je ne peux accepter sa demande. Et même si ça me blesse autant que lui, je ne veux pas lui faire subir ma maladie, je ne veux pas le voir dans le même état dans lequel j'ai vu mon père auprès de ma mère. Je ne veux pas partir et le laisser veuf, sans quelque chose pour se consoler. Je ne peux pas assumer tout ça, je ne veux pas, je n'y arrive pas. Alors, je préfère refuser. Cette réponse signera la fin de toute une vie, toute une histoire, tout notre amour. Dès le lendemain, il s'en alla et je ne le revis plus jamais. Notre histoire avait pris fin sans même que j'eus le courage de tout lui expliquer.

Je suis de plus en plus fatiguée, mes cheveux commencent à tomber. Quand je me regarde dans le miroir, je revois maman qui s'apprêtait encore en se maquillant et en mettant un beau fouloir. Moi, je n'en ai même pas envie. Je veux juste aller me coucher et m'endormir pour ne plus me réveiller. A quoi bon, de toute façon, je vais y rester. Pourquoi alors, je me lève chaque matin pour aller faire ces chimiothérapies qui ne servent à rien. Si mon père ou mes frères n'étaient pas là pour me bouger le cul, je resterai dans mon lit, à crever et à espérer être auprès de maman. Et puis, comme si la vie sentait que j'en étais au bout de mon espérance, un cadeau du ciel tomba. Je reste persuadée que maman y est pour quelque chose. Un appel allait changer totalement ma vie. J'allais avoir une greffe de poumons, la dernière chance pour moi de retrouver une vie totalement normale et de tirer un trait sur toute cette souffrance physique et mentale. L'opération pris quelques heures et était très risquée mais, à mon réveil, ma famille avait les larmes aux yeux et le sourire aux lèvres. J'étais vivante, l'opération avait ponctué d'un grand succès. Bien sûr, les semaines à venir allaient être les plus importantes car, il ne fallait pas que je fasse de rejet. Mais, j'étais déjà prête à prendre soin de ces nouveaux poumons et à remercier ce don anonyme qui m'avait sauvé la vie.

Aujourd'hui, j'étais transférée en néo-nat pour approcher ce service et comprendre comment cela s'y passait. Depuis mon arrivée, je n'arrêtais pas d'entendre des félicitations fusaient en provenance du médecin qui me notait et me conseillait. Elle était belle, blonde et intelligente. Elle avait l'air aussi d'être froide et d'avoir du mal avec les petits nouveaux aussi doués qu'elle. Avec moi, ça ne passait pas forcément bien mais, ce n'était pas l'enfer non plus. Alors, par audace et aussi par folie, j'osa lui demanda « on vous félicite pour quoi au juste ? » Elle m'y sa main sur son ventre et afficha un grand sourire. « Mon mari et moi attendons notre premier enfant. » Une bonne nouvelle en effet pour toute personne souhaitant construire une famille. Un rêve que j'avais autrefois mais qui s'est évanouie aussi vite que mon sourire lorsque je fis face à la photo de mariage que me tendait le médecin. « Tenez, là c'est mon mari et moi à notre mariage il y a un an. Je vous avoue que j'espère que cet enfant va nous redonner une nouvelle flamme car, mon mari s'est quelque peu éloigné. » Cet homme, c'était l'homme que j'avais aimé profondément autrefois. Celui que j'avais failli épouser et à qui j'avais tout simplement dit non. Cet homme, c'était l'amour de ma vie. Cela faisait plus de deux ans que je n'avais pas eu de nouvelles de lui et voilà qu'aujourd'hui, j'apprenais qu'il était marié, aller être père de famille mais, surtout que sa femme était ma supérieur. Une sacrée journée en perspective. Et sans même que je ne le demande, elle se laissa aller à quelques confidences. « Vous savez, mon mari n'a jamais été le genre d'homme très raisonnable et très posé. Il a quelques soucis avec la justice, même encore maintenant alors j'espère qu'avoir un bébé va un peu le calmer. » Alors, il était retombé dans ses conneries. Pourtant durant nos cinq ans de relations, il avait réussi à s'apaiser et disait souvent que c'était grâce à moi. J'étais encore sur le cul de savoir que mon amour était revenu mais, il n'était pas revenu seul que je ne savais même pas ce que je devais répondre au médecin.

J'étais tranquillement en train de faire la sieste lorsque j'entendis la porte claquait. Aussitôt, ça me réveilla en sursaut. C'était mon grand frère qui comme à son habitude, prenait mon appartement pour le sien et s'y servait comme si je l'avais invité à le faire. Un mal de crâne m'envahit et m'irradia de douleurs tandis que mon frère se mit à sauter à côté de moi pour s'asseoir sur le canapé. « Tiens cadeau, ça te fera du bien ! » Il me tendis une bouteille d'eau et pendant que j'avalais quelques gouttes, il alluma la télévision et se mis du sport. Il n'arrêtait pas de siffloter, ça avait le don de m'énerver et il le savait très bien. Je l'adorais mon frère, j'étais tellement proche de lui. Sauf quand il voulait jouer le pseudo grand frère protecteur en m'interdisant de faire telle chose ou telle chose. Et je le connaissais tellement bien que je savais que sa visite n'était pas juste pour venir me dire bonjour. « Vas-y, dis moi tu veux quoi sale gosse ? » Il pris l'air étonné mais, au vu de mon regard, il compris de suite qu'il ne pouvait pas me mentir à moi. « Ça te dit pas une petite nuit chez papa ce soir ? comme avant, dans ta chambre comme quand t'étais une gamine encore. » Il n'osait même pas me regarder alors que j'avais très bien compris où il voulait en venir. Mon frère n'était pas prêt ni de grandir, ni de se poser, c'était incroyable. « Dis-moi pas que tu as encore promis une soirée de folie à une fille que tu viens juste de rencontrer dans un bel appart, dans mon bel appart en l'occurrence. » Au vu de sa tête de chien battu qu'il faisait, cela confirma ce que je pensais. Mon appartement, c'était soit son lieu pour lui crécher quand il ne savait pas où aller ou soit le lieu où il ramenait ses copines d'une soirée. Il avait sa chambre d'amis, qui était d'ailleurs même sa chambre tout court et lorsqu'il était avec une fille, il me virait de chez moi. Je lui souris et acquiesça pour lui laisser mon appartement ce soir. Une soirée avec mon papa ne pouvait pas me faire de mal.



Dernière édition par Oz Haerkz le Lun 13 Mar - 23:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDATRICE
▸ bavardages : 183

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Dim 12 Mar - 17:46

ha bah ça mdr
bienvenue à toi ma belle coeur
si tu as besoin de quoi que ce soit, le staff est à ta disposition dolce
courage pour ta fiche miranda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINOU
▸ bavardages : 222

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Dim 12 Mar - 17:47

Bienvenue coeur

J'adore ton pseudo abraxas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▸ bavardages : 61

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Dim 12 Mar - 18:27

Rien que ton titre, je tombe en fanittude mdr
Bienvenue Oz ! **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Dim 12 Mar - 18:28

Le titre ! mdr
Bienvenue parmi nous !!
Bonne continuation pour ta fiche et n'hésites pas si besoin coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MODO D'AMOUR
▸ bavardages : 117

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Lun 13 Mar - 23:31

    Merci beaucoup pour votre accueil, j'aime déjà ce forum, je vous aimes déjà les gars coeur amen

    et j'ai enfin terminé ma fiche string
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▸ bavardages : 74

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Lun 13 Mar - 23:34

Bienvenue sur le forum ma belle coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINOU
▸ bavardages : 222

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Lun 13 Mar - 23:49

Alors toi j'aime ta Oz, ta fiche et ton style d'écriture hihi abraxas Bon jeu parmi nous coeur


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
T'ES VALIDÉ(E)

libérée, délivrée !

Bravo, je te souhaite officiellement la bienvenue parmi nous, maintenant que tu as ta couleur et ton groupe il ne te reste plus qu'à régler quelques petits détails. Tout d'abord, si ton personnage a un job, même s'il étudie, il te faudra aller le recenser dans le listing [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Maintenant que tu bosses, tu as besoin d'un logement, si, tu sais un toit au dessus de ta petite tête, pour se faire, tu devras te rendre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. N'oublies pas d'aller réclamer ton argent de poche, juste [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Tu dois aussi te trouver des amis, et pour ça il faut absolument que tu postes ta fiche de liens, juste [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Si tout ça est bon, tu peux toujours un prélien ou un scenario, si l'envie t'en prend, pour ça, tu n'as qu'à passer dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Tu as rempli les champs de ton profil ? Bah vas t'amuser, personne ne te retien ! Oh ! Et n'hésite pas à parler du forum et à voter, plus on est de fous plus on rit, sans vous, on ne serait rien.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO D'AMOUR
▸ bavardages : 117

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz) Lun 13 Mar - 23:59

    Renata, merci beaucoup pour ton accueil coeur

    oh merci bébé Abraxas pour les compliments et la validation coeur amen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et quand il pète, il troue son slip (oz)

Revenir en haut Aller en bas

Et quand il pète, il troue son slip (oz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'opposition à Martelly n'a pas inventé la culotte rose . Voici la preuve
» Quand Papy pète un cable
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baby, Talk Is Cheap :: TAKE A CHANCE ON ME :: COME AS YOU ARE :: WELCOME IN TOWN-